Actualités

Comment devenir vulnologue ?

par | 20 Oct 2022 | Innovation

(étape 1)

Devenir un vrai spécialiste de la plaie, c’est une question délicate puisqu’en dehors des États-Unis cette spécialité n’est pas officiellement reconnue dans les autres pays.

Néanmoins, dans l’histoire de la médecine, on compte beaucoup d’exemples de spécialités, qui se sont développées petit à petit, en dehors des circuits officiels, plébiscitées par les patients et les soignants.
Puis, elles ont ensuite été reconnues officiellement par les pouvoirs publics et intégrées dans les cursus de formation des facultés de médecine, d’écoles de médecine ou d’école d’infirmière.

On se souvient de la chirurgie, qui n’a pas été reconnue dans les facultés de médecine avant le XVIIIe siècle. Les chirurgiens étant appelés « barbiers » ou « barbiers-chirurgiens », ce qui en dit long sur le mépris des facultés vis-à-vis des chirurgiens à l’époque.

Il faut considérer la vulnologie comme une spécialité médico-chirurgicale ouverte aux médecins, chirurgiens et infirmiers volontaires.

Dans l’état actuel des choses, la formation de base consiste à effectuer un DU plaies et cicatrisation en France, un CAS en Suisse ou un certificat inter-universitaire en Belgique.

Cependant, ces diplômes ne sont pas suffisants pour se considérer comme spécialiste.
En effet, ces formations sont souvent très théoriques et apportent une expérience relative.

Après 10 ans de recul, je pense qu’il est nécessaire d’avoir au minimum 3 ans d’expérience au contact des malades, pour faire un tour d’horizon des différentes pathologies rencontrées.
Un minimum de 20 consultations/suivi par mois me paraît également souhaitable :
soit un minimum de 700 consultations sur 3 ans.

Dans l’idéal, ces trois ans devraient se faire sous supervision d’un médecin ou infirmier senior, déjà spécialiste.
Le futur vulnologue pourrait alors effectuer des consultations accompagnées du superviseur, puis rapidement prendre son autonomie.
Le superviseur assurerait les conseils et le suivi des progrès de son élève.
Au bout de 3 ans, le superviseur donnerait son avis sur la validation pratique de la formation.

En résumé, la spécialisation se composerait d’une formation théorique officielle reconnue par les pouvoirs publics, suivie d’une expérience pratique minimale de 3 ans sous supervision.

A suivre (partie 2 : la validation finale de la formation initiale
#cicatrisation #plaie #vulnologie