#1 Retour sur les Journées Plaies et Cicatrisation 2023 .

#1 Retour sur les Journées Plaies et Cicatrisation 2023 .

..

Comment désinfecter très rapidement de petits objets en consultation plaies et cicatrisation ?

Grâce à une innovation originale « made in France » de la société CLINIT : la « e-box »

C’est un simple boîtier de désinfection, quasi rectangulaire, de petite taille (250 x 130 x 80cm) conçu en matériaux éco-recyclables. Cet appareil utilise des LED émettant des rayons UV depuis le fond de la boîte et au niveau du couvercle. Ses caractéristiques :

Efficace : le niveau de désinfection approche de très près celui de la stérilisation puisque 99,99 % des germes courants sont éliminés.

Rapide : la désinfection s’effectue en 10 minutes chrono à 360°. Entre deux patients, c’est parfaitement faisable.

Facile d’utilisation : Les objets sont placés dans la boîte. Il suffit de refermer le couvercle et appuyer sur un simple bouton pour démarrer le cycle. On peut ensuite retirer le matériel après s’être lavé les mains.

De multiples objets que nous manipulons en permanence au quotidien en consultation peuvent bénéficier de ce traitement : téléphones portables, stylos, tubes de crème, petite lampe, dermoscope, souris d’ordinateur, etc.. C’est à dire tous ces objets que l’on ne peut pas passer dans des bains de désinfection à froid.
La lingette désinfectante dépanne, mais dans notre métier, en matière de désinfection, cela n’est pas toujours suffisant, ni écologique !

On peut aussi compléter la désinfection à froid de petits matériels peu invasifs avec la e-box : c’est plus sécurisant et rapide !

rdv sur : https://www.clinit-shop.com/ pour en savoir plus !

#plaie #cicatrisation

Comment devenir vulnologue III : la certification périodique.

Comment devenir vulnologue III : la certification périodique.

Après une formation initiale en vulnologie bien conduite, il est important de planifier la formation continue au terme de 3 ans.

Une certification périodique est en effet souhaitable tous les trois à cinq ans.
Elle pourrait reposer sur la justification de formations minimales annuelles :
sous forme d’abonnement à des revues,
lectures de livres ou articles,
participation à des congrès
participation à des formations en ligne comme e-medicica
participation à des formations en présentiel du domaine.

Ou encore :
par l’animation de formations plaies et cicatrisation,
par une activité de consulting en cicatrisation auprès de l’industrie pharmaceutique, distributeurs de dispositifs médicaux, etc…

Il faudrait également justifier d’une prise en charge des plaies et cicatrisation supérieure à 50 % de l’activité, avec un minimum de 700 consultations initiales et de suivi sur 3 ans.
Cette certification périodique pourrait être effectuée par l’association indépendante qui a a attribué le titre de vulnologue au professionnel au terme de la formation initiale.

A la suite de ces trois volets sur la vulnologie, des vocations vont sûrement émerger !

A suivre…

#cicatrisation #plaie #elearning #vulnologie

Comment devenir vulnologue (II) ? La validation de la formation initiale.

Comment devenir vulnologue (II) ? La validation de la formation initiale.

Dans mon post précédent j’ai soulevé la nécessité d’avoir un minimum de 3 ans d’expérience en plus d’un diplôme de formation théorique en plaie et cicatrisation pour devenir vulnologue.

Mais qui pourrait valider la formation initiale au terme des trois ans ?

La vulnologie n’étant pas une spécialité reconnue, dans un premier temps il faudrait imaginer une association indépendante, composée d’experts du domaine, ayant en charge de constituer une commission de validation.

Cette commission pourrait être composée de divers spécialités médicales et chirurgicales mais aussi d’infirmiers et de podologues.
La commission se prononcerait officiellement au vu de la validation du diplôme universitaire, du CAS ou du certificat inter-universitaire, ainsi que du rapport de supervision du senior accompagnant le futur vulnologue.

A terme,avec la multiplication des vulnologues, on pourra imaginer une entrée dans les cursus universitaires au titre de spécialité officielle.

Il faut cependant être patient : certaines spécialités comme par exemple la médecine vasculaire, la gériatrie, la médecine d’urgence n’ont été créées par arrêté ministériel en France qu’en 2015.

Prochaine étape : la certification périodique

Comment devenir vulnologue ?

Comment devenir vulnologue ?

(étape 1)

Devenir un vrai spécialiste de la plaie, c’est une question délicate puisqu’en dehors des États-Unis cette spécialité n’est pas officiellement reconnue dans les autres pays.

Néanmoins, dans l’histoire de la médecine, on compte beaucoup d’exemples de spécialités, qui se sont développées petit à petit, en dehors des circuits officiels, plébiscitées par les patients et les soignants.
Puis, elles ont ensuite été reconnues officiellement par les pouvoirs publics et intégrées dans les cursus de formation des facultés de médecine, d’écoles de médecine ou d’école d’infirmière.

On se souvient de la chirurgie, qui n’a pas été reconnue dans les facultés de médecine avant le XVIIIe siècle. Les chirurgiens étant appelés « barbiers » ou « barbiers-chirurgiens », ce qui en dit long sur le mépris des facultés vis-à-vis des chirurgiens à l’époque.

Il faut considérer la vulnologie comme une spécialité médico-chirurgicale ouverte aux médecins, chirurgiens et infirmiers volontaires.

Dans l’état actuel des choses, la formation de base consiste à effectuer un DU plaies et cicatrisation en France, un CAS en Suisse ou un certificat inter-universitaire en Belgique.

Cependant, ces diplômes ne sont pas suffisants pour se considérer comme spécialiste.
En effet, ces formations sont souvent très théoriques et apportent une expérience relative.

Après 10 ans de recul, je pense qu’il est nécessaire d’avoir au minimum 3 ans d’expérience au contact des malades, pour faire un tour d’horizon des différentes pathologies rencontrées.
Un minimum de 20 consultations/suivi par mois me paraît également souhaitable :
soit un minimum de 700 consultations sur 3 ans.

Dans l’idéal, ces trois ans devraient se faire sous supervision d’un médecin ou infirmier senior, déjà spécialiste.
Le futur vulnologue pourrait alors effectuer des consultations accompagnées du superviseur, puis rapidement prendre son autonomie.
Le superviseur assurerait les conseils et le suivi des progrès de son élève.
Au bout de 3 ans, le superviseur donnerait son avis sur la validation pratique de la formation.

En résumé, la spécialisation se composerait d’une formation théorique officielle reconnue par les pouvoirs publics, suivie d’une expérience pratique minimale de 3 ans sous supervision.

A suivre (partie 2 : la validation finale de la formation initiale
#cicatrisation #plaie #vulnologie

Êtes-vous vulnologue ?

Êtes-vous vulnologue ?

Le mot latin « vulnus » qui signifie : « plaie,coup, lésion, morsure » a donné le mot « vulnologie » qui est donc la science des plaies.

Le terme vulnologue désigne la personne spécialiste des plaies. Ce terme est apparu au début des années 2000 à l’occasion de différents congrès.

L’appellation « vulnologie » est entrée dans la langue française après parution au Journal Officiel en 2012, ce qui marque un tournant dans la reconnaissance officielle de cette discipline.

La vulnologie est précisément définie comme « l’étude des plaies, de leur nature, de leur traitement et de leurs conséquences ».

Avec l’arrivée des pansements modernes dans les années 80, la science des plaies s’est d’abord développée en tant que compétence partagée, multidisciplinaire.
Différents acteurs : médecins, chirurgiens, infirmiers, etc…se réunissaient pour discuter des possibilités de prise en charge des patients porteurs de plaies.

Sont nées ensuite, un peu partout dans le monde, des sociétés savantes sur le thème de la cicatrisation.

Progressivement, avec l’apparition de dispositifs médicaux de plus en plus variés, de plus en plus spécifiques et de plus en plus complexes. la science des plaies s’est affirmée comme une discipline à part entière d’où le terme de vulnologie.

Il n’est plus possible aujourd’hui de maîtriser les différents traitements des plaies, leurs indications, et leurs utilisations, sans en être un véritable « expert-spécialiste ».
Nous pouvons le constater avec l’émergence et la multiplication des centres spécialisés de plaies et cicatrisation un peu partout en Europe et dans le monde.

La vulnologie ne remet pas en cause la participation d’acteurs de différentes spécialités pour le traitement des plaies, en particulier : la chirurgie vasculaire, la chirurgie plastique, la dermatologie, la médecine interne, la diabétologie, l’infectiologie, la podologie, la médecine physique et de réadaptation, la radiologie, l’oncologie etc…

Le vrai changement aujourd’hui est l’identification d’ un acteur principal coordinateur : le vulnologue.
De part ses connaissances spécialisées, il évalue, diagnostique et traite les plaies, oriente le cas échéant le patient vers un spécialiste pour un problème ciblé, diagnostique ou thérapeutique.
Il devient l’acteur pivot dans le parcours de prise en charge du patient. Il le suit depuis l’origine de la prise en charge, jusqu’à la cicatrisation complète.

Le vulnologue est en quelque sorte le chef d’orchestre, le « gate-keeper » de la prise en charge des plaies.


Et vous, médecin, infirmier, chirurgien, podologue, êtes-vous vulnologue ou aspirez-vous à le devenir ?

Suite dans un prochain post…

#cicatrisation #plaie #vulnologie